La  relation de soin que l’infirmière établit avec la personne soignée revêt différentes formes allant de la relation de civilité, à la relation d’aide tout en passant par la relation consommatoire, la relation fonctionnelle, la relation de confiance et la relation éducative (Phaneuf,M. 2016).

 

La relation de soin de civilité

Cette relation se traduit par l’accueil poli que l’infirmière établit à l’arrivée du/de la  patient(e) et les échanges banals de tous les jours.

 

La relation de soin consommatoire

Cette relation est essentiellement tournée vers la personne soignée dans le but de favoriser son bien-être physique et psychologique. Le/la patient(e) est placé(e) au centre de l’attention de la soignante.

 

La relation de soin  fonctionnelle

Cette relation correspond aux échanges quotidiens avec les patient(e)s, les familles et les autres intervenant(e)s.

Elle est concrète, claire, simple, précise et chaleureuse. Elle poursuit un but utilitaire qui est le recueil d’information

Cette relation peut évoluer vers une relation de confiance ou une relation d’aide.

 

La relation de confiance

La relation de confiance est primordiale pour assurer une certaine qualité de soins.  Elle se développe lorsque le/la client(e) est certain qu’il/qu’elle peut se remettre à l’infirmière pour la satisfaction des besoins courants et même en cas de complication de son état.

C’est un rapport empreint de sérieux et de sens des responsabilités. C’est la base sur laquelle peut se construire une relation d’aide.

 

La relation éducative

La relation éducative vise à :

  •  transmettre au patient et à sa famille des connaissances utiles relatives au problème de santé et à son traitement ;
  •  éviter les complications ;
  •  inciter le/la client(e) à changer ses habitudes de vie ;
  •  susciter la motivation nécessaire à l’acceptation du traitement ;
  •  apporter du soutien à la poursuite du traitement en cas de découragement ;
  •  amener le/la client(e) à une prise de conscience de sa capacité d’autonomie et à une prise en charge de son évolution vers un mieux- être.

 

La relation d’aide

La relation d’aide est à la fois un échange verbal et non verbal qui dépasse les communications habituelles et permet de créer un climat adéquat, d’apporter le soutien dont le/la client(e) a besoin au cours d’une épreuve (anxiété, chagrin, perte, deuil, douleur) ou d’une difficulté de sa vie.

Cette relation aide le/la patient(e) à :

  • exprimer et accroitre sa capacité à gérer ses difficultés ;
  • se percevoir comme un intervenant actif dans sa propre situation ;
  • voir le problème plus clairement ;
  • reprendre du courage dans l’adversité ;
  • retrouver une image positive de lui-même ;
  • faire face à sa souffrance.

La relation d’aide est différente des autres relations en soins infirmiers, car elle amène le/la soignant(e) au plus près du client, lui fait partager sa situation et sa souffrance.

 

En guise de conclusion

Indépendamment du type de relation que le/la soignant(e) développe avec le/la patient(e), le respect et l’implication personnelle doivent être toujours présents.

C’est important de bannir toute discrimination ou relation de pouvoir dans une relation de soin.

 

SOURCE

La relation soignant-soigné, l’accompagnement thérapeutique (2016), Phaneuf Margot.

 

A CONSULTER

La relation de soin, concepts et finalités L’infirmière et l’art d’écouter