Je vous invite à découvrir les différentes techniques d’hypnose qui vous permettent de mieux accompagner le/la patient(e) dans sa gestion de l’anxiété et de la douleur.

 

La technique de l’autohypnose

Consiste à permettre au patient d’induire une transe personnelle qui suit le même schéma qu’une séance d’hypnose (Bioy A., Wood C., Celestin-Lhopiteau).

 

La technique de l’hypnosédation

Consiste à utiliser l’hypnose au bloc opératoire combinée à une sédation intraveineuse consciente et une anesthésie locale.

 

La technique du Vakog

C’est une technique d’induction sensorielle classique par laquelle débute habituellement la séance et prend fin lorsque le patient s’installe dans son souvenir agréable ou sa zone de confort.

 

La technique de saturation

La technique de saturation de la parole, par exemple, consiste à accélérer le rythme de voix dans l’histoire racontée pour défocaliser l’attention du patient du soin.

 

La technique de l’ami John

Cette technique d’hypnose consiste à évoquer au patient, une situation, une histoire ou une expérience similaire à la sienne, au travers d’un récit réel ou fictif. Elle permet à l’inconscient du sujet de s’orienter vers le changement attendu.

 

La technique de réification (ou classification)

Cette technique permet de transformer une sensation en chose, l’objet peut ensuite se décrire et se transformer.

 

La technique de respiration

Elle consiste à introduire du confort à l’inspiration et à évacuer l’inconfort à l’expiration.

 

La technique du safe place

Le lieu sûr ou safe place est un endroit de sécurité pour le patient. C’est une technique essentielle de la pratique hypnotique.

Son utilisation pendant la transe, vise à lui permettre de développer, de retrouver ou d’augmenter un sentiment de sécurité interne sans rechercher à induire forcément de la détente.

 

La technique du fractionnement

Il s’agit d’une technique de réduction de la douleur en imaginant une diminution globale de 5% ou 20% de la douleur au moins ou en divisant la douleur de moitié ou d’un tiers par exemple (Bioy A., Wood C., Celestin-Lhopiteau).

 

La technique de catalepsie

Cette technique désigne une rigidité dont l’initiation peut être suggérée en hypnose (une catalepsie d’un bras par exemple). Elle peut aussi désigner la suspension d’un membre dans l’espace.

 

La technique du tiroir fermé

Cette technique a pour objectif d’aider le patient à mettre de côté une douleur aiguë mémorisée favorisant une anticipation négative du soin qui est sur le point d’être effectuée. Elle consiste à proposer au patient d’imaginer un meuble avec différents tiroirs et d’en ouvrir un qui est vide.

Ensuite, il symbolise par un mot, une phrase écrite sur un papier ou un objet, la mauvaise expérience qu’il a vécu dans un soin. Puis, il  lui est demandé de placer ce symbole dans le tiroir, de le fermer et de le verrouiller.

Le tiroir restera clos pendant toute la durée du soin à venir, de manière à le vivre autrement.

 

La technique du signaling

C’est la mise en place d’un code non verbal (hochement de la tête, bouger un doigt, bouger un doigt, fermer les yeux,…) qui permet au patient d’indiquer à n’importe quel moment s’il ressent un inconfort insupportable.

 

La technique de l’ancrage

Un ancrage consiste à associer un état interne positif à un acte (faire un geste donné ou prononcer un mot précis). Son principe est de recréer instantanément un état émotionnel auquel l’acte a été au préalable lié, dès que le patient le reproduit.

Parfois l’ancrage se fait avec un son, une odeur ou une sensation gustative.

 

La technique de focalisation

La plupart des indicateurs hypnotiques s’appuient sur le principe de focalisation de l’attention.

La focalisation peut porter sur un ou plusieurs sens ou sur une idée, une émotion, une sensation.

La focalisation est ensuite orientée sur la respiration. C”est une étape importante de l’induction, elle marque l’entrée officielle dans la transe, temps de la dissociation, passage vers l’imaginaire.

 

CONCLUSION

Au-delà des techniques, l’hypnose est avant tout une autre façon de penser le soin et de l’appréhender.

                                                                                                                                                           

                                                                                                                                                  

SOURCE

Aide-mémoire : Hypnose en soins infirmiers (2016); Barbier E., Rémi E.

 

A  CONSULTER

Hypnose et douleur

 

FORMATION CONTINUE

L’hypnose médicale dans la gestion de la douleur.