La science infirmière est-elle une science médicale ? une science appliquée ou une science fondamentale ?

 

La science infirmière et le modèle médical

L’approche théorique prédominante de la discipline infirmière est centrée sur une certaine dichotomie entre l’âme et le corps, en accord avec le modèle médical qui s’inspire des sciences de la nature. L’humain est considéré comme un organisme bio-psycho-socio-spirituel.

Ce modèle conçoit l’humain comme étant séparé en parties. Cette division apparaît dans les programmes d’études qui sont divisés en différentes spécialités médicales: médecine-chirurgie, pédiatrie, obstétrique et psychiatrie.

La science infirmière qui repose sur la science médicale traite de la quantification de l’humain et de la maladie, plutôt de la qualification de son expérience de santé globale.

 

La science infirmière, une science appliquée ou une science fondamentale ?

Dans l’ensemble, les soins infirmiers demeurent calqués sur le modèle médical, à quelques exceptions près.

Florence Nightingale a préconisé de concevoir l’humain autrement que comme étant la simple somme de ses parties et de considérer le soin infirmier comme un savoir distinct du savoir médical, de même qu’un savoir axé sur la santé plutôt que sur la maladie.

Hildegard Pelpau a été la première à considérer le soin infirmier comme une science.

King, Leininger, Neuman, Orem, Paterson et Zerdad, Roy et Andrews ainsi que Watson ont développé des approches conceptuelles légèrement différentes des soins infirmiers issus du modèle médical traditionnel.

Bien qu’elles adhèrent en partie à la science médicale, elles incluent de nouvelles notions telles que: les systèmes ouverts, les visions holistiques et globales de l’humain, de l’adaptation, de l’auto-soin, du caring, et de relations interactionnelles et transactionnelles.

Newman, Parse et Rogers, engagées dans le développement de la connaissance, ont créé des conceptualisations radicalement différentes de celles qui s’inspirent des sciences médicales proclamant ainsi que le soin infirmier est une science fondamentale.

L’émergence d’une variété de systèmes conceptuels du soin infirmier témoigne de son avènement comme une discipline.

La discipline des sciences infirmières émerge à présent comme toutes les autres disciplines, à travers un processus de recherche formelle et de développement conceptuel, de la phase pré-scientifique à la phase scientifique, avec diverses perspectives paradigmatiques.

La plupart des infirmières, engagées dans le développement de la connaissance (scholars), considèrent le soin infirmier comme une science qui a comme centre d’intérêt le processus-humain-univers-santé.

Certaines croient qu’il s’agit d’une science appliquée (qui tire son savoir de toutes les autres sciences) et d’autres sont d’avis qu’il s’agit d’une science fondamentale dotée de son propre corpus de connaissances distinctes.

La science infirmière appliquée est fondée sur le paradigme de la totalité selon lequel l’humain est considéré comme un être bio-psycho-socio-spirituel constitué de parties distinctes: le corps, l’âme et l’esprit.

La santé est définie comme le bien-être physique, psychologique, social et spirituel alors que le processus humain-univers est considéré sous l’angle d’un rapport d’adaptation.

La science infirmière fondamentale correspond au paradigme de la simultanéité selon lequel l’humain est considéré comme un être unitaire et indivisible, reconnaissable à travers de patterns, alors que le processus humain-univers consiste en un changement mutuel et continu.

Les “scholars” qui se réclament de ce paradigme favorisent une recherche et une pratique cohérente avec les fondements de la science humaine.

 

SOURCE

“L’humain en devenir, nouvelle approche du soin et de la qualité de vie” (2013), Rosemarie Rizzo Parse.

 

LIENS UTILES

Le site de Rosemarie Parse La théorie de l’humain en devenir de Parse