Le terme Personnes Âgées En Risque de Perte d’Autonomie (PAERPA) désigne les personnes de 75 ans et plus encore autonomes, mais dont l’état de santé est susceptible de s’altérer pour des raisons médicales ou sociales.

 

Les personnes âgées de 75 ans et plus, représentent actuellement une personne sur dix en France.

  • 85% présentent au moins une pathologie
  • 57% ont une affection de longue durée

Le dispositif PAERPA cherche à leur assurer ” de bons soins , par les bons professionnels, dans les bonnes structures, au bon moment, le tout au meilleur coût” (Ministère des Affaires Sociales et de la Santé).

Les expérimentations du parcours de soins (PAERPA) ont débuté en 2013/2014 dans neuf territoires pilotes qui sont : Mayenne, Midi-Pyrénées, Indre-et-Loire, Nord Parisien (9ème, 10ème, 19ème), Grand Nancy, Bordeaux, Sud de la Corrèze, Valenciennes-Quereitain, et enfin le Nord de la Bourgogne.

 

Les objectifs du  dispositif PAERPA

  • Améliorer la prise en charge ainsi que la qualité de vie des personnes âgées de 75 ans ou plus et de leurs aidant(e)s.
  • Faire progresser la coordination de différent(e)s intervenant(e)s des secteurs sanitaires, social et médico-social.
  • Prévenir la perte d’autonomie.
  • Eviter le recours inapproprié à l’hospitalisation lié à la dépression, à la dénutrition, aux chutes et à la prise médicamenteuse.

 

Le plan personnalisé de santé

Le plan personnalisé de santé (PPS) est un outil qui consiste à faciliter la prise en charge des personnes âgées entre la ville, l’hôpital et l’EHPAD.

Il est élaboré par une coordination médicale de proximité composée d’un médecin traitant, d’un infirmier diplômé d’Etat et d’un troisième professionnel.

Le plan de soins personnalisé est adapté à la problématique des personnes âgées en situation de fragilité, ayant une ou plusieurs maladies chroniques.

Il fait suite à une évaluation globale de la situation médicale, psychologique et sociale de la personne afin d’identifier les situations à problèmes.

Il débouche sur un suivi et une réévaluation.  Il favorise la prise en charge en équipe pluri-professionnelle dans un cadre de coopération non hiérarchique.

 

L’éducation thérapeutique

L’éducation thérapeutique de la personne âgée (ETP) vise à  lui permettre de gérer au mieux sa vie avec une maladie chronique.

Elle est assurée sous forme de séances individuelles sur le lieu de soins primaires ou au domicile du patient/de la patiente, mais n’exclue pas les séances collectives.

Selon l’étude réalisée par la Haute Autorité de Santé, l’éducation thérapeutique peut aider les personnes âgées à :

  • comprendre et mettre en lien leurs problèmes de santé et les traitements ;
  • autogérer leurs traitements, prendre des médicaments et adapter les doses ;
  • réaliser des auto-surveillances, reconnaître et prendre des décisions face à des signes d’alerte ;
  • apporter des changements au mode de vie (nutrition, activité physique) et les maintenir dans le temps ;
  • faire face à un épisode aigu ou une décompensation de la maladie chronique qui vient interférer avec sa gestion habituelle.

L’efficacité potentielle de l’éducation thérapeutique a été démontrée grâce à trois stratégies globales portant sur les thèmes de la polymédication, de la dépression et des chutes. Ces stratégies sont :

  • le programme multifacettes « Omage »;
  • la polypathologie/polymédication;
  • l’intervention multifactorielle de prévention des chutes.

 

 

SOURCE

La Haute Autorité de Santé

 

A CONSULTER

Soins palliatifs: portail et site