Comment soigner Debbie qui est atteinte d’un cancer de l’utérus selon le modèle d’adaptation Roy ?

 

2ème partie

Dans cette seconde partie, le mode adaptatif du concept de soi et le mode de la fonction selon le rôle sont présentés.

 

Le mode adaptatif  du concept de soi

 

Evaluation du comportement

Debbie pleure beaucoup, elle est très inquiète pour son futur ainsi que pour  celui de ses enfants. Elle a peur de mourir, elle croit que cette maladie est une punition due à son ancien comportement, car elle s’est mariée jeune suite à une grossesse non programmée.

Debbie n’a pas posé à l’infirmière des questions sur sa sexualité, son hésitation à aborder le sujet peut être liée à son éducation. Dans ce cas-là, c’est à l’infirmière d’entamer la discussion autour de la sexualité.

Les éléments à souligner :

  • Debbie a appris récemment son diagnostic du cancer cervical
  • Elle a eu récemment une hystérectomie radicale
  • Elle a eu  des séances de radiothérapie à l’hôpital et doit les poursuivre une fois de retour à domicile
  • Debbie n’a pas assez de connaissances sur son cancer, sur l’hystérectomie radicale, sur la radiothérapie ou sur la sexualité dans ce contexte-là.
  • Debbie a un sentiment de culpabilité non résolu lié à sa grossesse non planifiée avant le mariage

 

Evaluation des stimuli

Debbie est une jeune adulte, mariée avec deux enfants, elle a obtenu un huitième grade éducatif. Elle est dans une relation distante émotionnellement avec son conjoint qui est parfois abusif.

Elle a été diagnostiquée d’un cancer cervical à un jeune âge (29 ans), une crise de maturité en résulte dans un contexte familial fragilisé par le décès de certains membres de la famille suite à un cancer.

Il est important que l’infirmière évalue les stratégies de coping de Debbie (stratégies d’adaptation).

Une des stratégies d’ajustement qu’utilise actuellement Debbie consiste à pleurer fréquemment. Le fait de pleurer est une stratégie thérapeutique.

 

Diagnostic infirmier

  • La peur et l’anxiété de mourir sont liées au diagnostic médical et le fait d’avoir été témoin de la mort de plusieurs membres de la famille suite à un cancer.
  • La détresse spirituelle liée à la sévérité de la maladie et au sentiment de culpabilité chez Debbie du fait d’avoir été enceinte avant le mariage
  • Une altération de la sexualité due au processus de la maladie, à la récente hystérectomie radicale et aux séances de radiothérapie.
  •  Une grande tristesse liée à la perturbation de l’image du corps, la perte de l’idéal du soi et le changement de rôles.

 

Etablissement des objectifs

  • Diminuer la peur et l’anxiété de mourir en ayant recours à la relaxation faciale et corporelle, en  l’aidant à verbaliser de nouvelles stratégies du coping et à exprimer sa peur et son anxiété
  • Diminuer la détresse spirituelle en verbalisant des émotions positives portant  sur les valeurs et le sens de sa vie
  • Présenter les méthodes alternatives d’expression sexuelles pendant les 6 premières semaines après l’opération
  • Diminuer la progression de la grande tristesse en l’aidant à verbaliser son ressenti à propos de l’image du corps, l’idéal du soi, le changement de rôle et la possibilité d’une mort prématurée

 

Intervention

Même si le pronostic de Debbie semble être bon, elle continue à avoir peur de mourir.

Du temps a été aménagé par les infirmières pour s’asseoir à côté d’elle, pour avoir un contact visuel avec elle et pour l’écouter activement, particulièrement quand elle commence à pleurer.

Les infirmières ont demandé à Debbie de raconter une expérience extrêmement difficile qu’elle a déjà vécue et d’expliquer comment elle s’est adaptée à cette situation. Une fois que sa stratégie d’adaptation est évaluée, de nouvelles stratégies sont proposées.

  • Debbie a été encouragée à exprimer librement ses sentiments à propos de sa maladie. Il semble que le temps de la maladie est le bon moment pour renouer avec la spiritualité, Debbie a demandé à  rencontrer un prêtre
  • Des conversations privées ont été initiées pour comprendre ses préoccupations sexuelles résultant de sa thérapie et de ses croyances sur l’hystérectomie radicale en regard à son fonctionnement sexuel
  • Debbie a été informée des changements qui vont affecter sa vie sexuelle comme une perte temporaire des sensations vaginales, dyspareumie (rapports sexuels douloureux) due à la sécheresse vaginale ainsi que l’absence de rapports sexuels  pendant  les 6 semaines qui suivent l’opération.
  • Pour faciliter la communication et les multiples échanges sur ce sujet entre Debbie et son mari, de longues périodes de communication privée ininterrompues ont été organisées
  • La perception de Debbie de son image du corps, de l’idéal de soi, du changement de rôles et de son futur ont été explorés.
  • Debbie a été encouragée à exprimer verbalement le sentiment de perte qu’elle vit. Elle a été observée afin de déterminer à quel état du processus du deuil se trouve-t-elle (colère, marchandage, dépression, acceptance)
  • Le processus du deuil a été expliqué à Debbie et à sa famille; ils ont compris que faire son deuil est un processus normal
  • Les membres de sa famille ont été encouragés à la laisser crier quand elle en a besoin et à parler de son deuil et de ses pertes
  • Les infirmières ont essayé de la réassurer à propos de son pronostic vital
  • Elle a été encouragée à rejoindre un groupe de support pour les personnes atteintes de cancer afin qu’elle puisse exprimer librement son ressenti auprès de personnes qui vivent la même expérience qu’elle.

 

Evaluation

Le comportement de Debbie a changé après sa sortie de l’hôpital, car elle a rencontré au sein du groupe de support Marie une survivante du cancer cervical.

A la suite de cette rencontre elle s’est mise à croire dans sa possible guérison, elle a moins peur et a appris à se relaxer

Debbie a compris les changements sexuels qu’elle vit et a appris à s’adapter à ces changements

 

Le mode adaptatif de la fonction selon le rôle

Evaluation du comportement

L’évaluation de la fonction selon le rôle en mode adaptatif  requiert de la part de l’infirmière une identification des rôles primaires, secondaires et tertiaires.

Quand ces rôles sont identifiés, l’infirmière cherche des comportements instrumentaux et expressifs en relation avec chacun d’entre eux.

  • Le comportement instrumental est un acte physique réalisé par l’individu qui l’aide à atteindre un objectif avec une maîtrise du rôle primaire, secondaire et tertiaire
  • Le comportement expressif est une attitude ou un sentiment que porte une personne à propos d’un rôle primaire, secondaire ou tertiaire

L’évaluation du comportement au sein de ce  mode adaptatif révèle que Debbie aime beaucoup son conjoint et veut que les choses soient au mieux pour lui. C’est une mère consciencieuse, une fille prévenante qui assiste sa mère et qui aime être utile pour autrui, elle est très impliquée auprès des personnes âgées de sa communauté.

 

Evaluation des stimuli

Le  stimulus focal est la peur de ne pas être capable de prendre soin d’elle-même et de ses enfants.

Les stimuli contextuels intègrent une sévère maladie, la radiothérapie, l’asthénie et un accroissement de la dépendance d’autrui.

 

Diagnostic infirmier

  • Un rôle ineffectif de transition primaire en relation avec la sévérité de la maladie, la radiothérapie, l’affaiblissement et un accroissement de la dépendance d’autrui
  • Un rôle ineffectif de transition secondaire en relation avec la peur de ne pas être capable de prendre soin d’elle-même et de ses enfants dans le futur.

 

Etablissement des objectifs

Pour aider Debbie à s’adapter, les objectifs suivants ont été établis :

  •  Un rôle primaire de transition effectif  qui se manifeste par l’acceptance d’être aidée par les autres et par une  reprise des activités personnelles dès que possible
  • Un rôle de transition secondaire effectif  qui se manifeste par la gestion de l’anxiété et par la possibilité de prendre soin d’elle et de ses enfants

 

Intervention

Debbie a été préparée pour faire face aux facteurs qui peuvent l’empêcher de réaliser ses activités. Une planification journalière a été établie afin d’intégrer des périodes de repos et d’activité.

Des mesures ont été mises en place pour promouvoir le repos (une restriction des autres activités, une réduction du bruit,  une restriction des visites, une sieste le matin et l’après-midi, une assistance pour les soins personnels, un massage du dos, une relaxation progressive et de la musique douce).

En tout cas, un maximum d’indépendance est encouragé; la famille est au courant de l’importance de maintenir cette indépendance.

Debbie a reçu un renforcement positif pour réussir à accomplir le prendre soin.

Une intervention pour préserver l’espoir a été mise en place, Debbie a été informée d’une manière réaliste sur son pronostic vital.

 

Evaluation

Le mari de Debbie s’est montré aidant à l’hôpital et sa mère est présente à la maison pour l’assister dès son retour.

Comme elle est devenue plus énergique, elle est  moins anxieuse à propos de son avenir.

 

 

SOURCE

  • Théorie des soins infirmiers, utilisation et application, 2013, Martha Raile Alligood.

 

A LIRE