La théorie du Caring Humain (Human Caring) de Jean Watson fait partie des théories du Caring “Prendre Soin”, elle a été développée entre 1975 et 1979.

Cette théorie est née de la vision que l’auteure a des soins infirmiers, complétée par ses études de doctorat en psychologie éducative, clinique et sociale.

Avant de vous présenter la théorie je vais  commencer par vous présenter, l’éminente théoricienne en Sciences Infirmières, Jean Watson.

 

Qui est jean Watson ?

Docteure Jean Watson est une éminente professeure en soins infirmiers, titulaire d’une chaire en Sciences du Caring à l’université du Colorado.

Elle a fondé le centre original pour le Caring Humain et le Caring Science Institute, elle est également membre de l’académie américaine et présidente de la ligue nationale en soins infirmiers

Jean Watson a obtenu un diplôme de premier cycle et de cycle supérieur en Sciences Infirmières spécialisation santé mentale et détient un doctorat en  psychologie de l’Université du Colorado. Elle est une auteure largement publiée et récipiendaire de plusieurs prix d’honneur.

Elle a publié des livres sur la philosophie, la théorie du Caring Humain,  sur l’art et la Science  Infirmière.

Sa philosophie des soins est utilisée pour guider les nouveaux modèles de soins et de guérison tels qu’ils sont pratiqués dans différents contextes et dans différents pays.

 

La théorie du Caring Humain, quelle lecture ?

La théorie peut être “lue” comme une philosophie, une éthique, un paradigme, un modèle de science élargie ou une théorie. Si elle est lue comme une théorie, elle peut-être lue comme une grande théorie dont le paradigme unitaire-transformation est compris au niveau du champ énergétique transpersonnel de caritas-universel, amour et évolution de la conscience. Elle peut être aussi lue comme une théorie de moyenne portée.

La théorie du Caring Humain est née en 1975 de la vision que l’auteure a des soins infirmiers complétée par ses études de doctorat en psychologie éducative, clinique et sociale. C’était sa première tentative de faire des soins infirmiers une nouvelle discipline qui a ses propres valeurs, ses connaissances et ses pratiques.

L’oeuvre originale de 1979 a été développée autour de dix facteurs caratifs (en opposition à curatifs) constituant un cadre pour développer et mettre au point des phénomènes en soins infirmiers.

Bien que le terme “facteurs caratifs ” reste une terminologie courante  utilisée par le  noyau de la profession infirmière, fournissant une structure pour les travaux initiaux.  Ce concept est devenu trop stagnant pour jean Watson, elle va proposer un autre  qui est plus dans le maintien de la propre évolution de l’auteure et des orientations futures de la théorie. Cet autre  concept est le caritas clinique en accord avec un mouvement plus fluide et plus contemporain.

Caritas vient du mot latin chérir et apprécier, tout en accordant une orientation particulière à quelqu’un, ou à aimer, il évoque quelque chose de très fin  et précieux.

“Caritas” est aussi étroitement lié au mot original  carative pour désigner l’amour que caritas transmet. Cela permet  de réunir  l’amour et le prendre soin pour constituer une nouvelle forme de soin profond transpersonnel. Cette relation entre l’amour et la compassion connote une guérison intérieure pour soi et autrui, s’étendant à la nature et à l’univers, se déroulant et évoluant  dans une cosmologie à la fois métaphysique et transcendante avec la coévolution humaine dans l’univers.

 

Les 10 facteurs caratifs de la démarche soignante

  1. La formation d’un système de valeurs humanistes -altruistes
  2. L’instillation de la foi-espérance
  3. La culture de la sensibilité
  4. L’établissement d’une relation bienveillante, approuvée, secourable, humaine
  5. La promotion et l’acceptation de l’expression des sentiments positifs et négatifs
  6. L’utilisation systématique d’un processus créatif attentionné
  7. La promotion de l’enseignement-apprentissage transpersonnel
  8. Le développement d’un environnement favorable
  9. L’assistance et la satisfaction des besoins humains
  10. Le soutien aux forces existentielles et phénoménologiques-spirituelles

 

Les postulats de base du modèle

  • La relation transpersonnelle du caring

Les notions transpersonnelles et relations bienveillantes sont fondamentales pour comprendre la théorie du Caring. Le terme transpersonnel traduit une préoccupation pour le monde de la vie intérieure et le sens subjectif de l’autre tout en se déplaçant au-delà de l’ego libre, le moment donné, pour atteindre des connexions plus profondes de l’esprit avec un univers plus large.

Il s’agit de se centrer sur le coeur caritas pratique guidée par le tout premier processus de caritas: culture de la bonté et de  la sérénité  avec soi et les autres, permettant une mise au point  pour l’entraide, l’amour, la compassion et les moments de soins authentiques.

  • Le moment du Caring / l’occasion du Caring

Une occasion de soin se produit chaque fois que l’infirmière et la personne soignée  viennent avec leur histoire de vie unique. L’entrée ensemble dans un moment donné devient un point focal dans l’espace et le temps, elle devient transcendante.

Le moment d’être ensemble présente pour les deux  la possibilité de décider comment être dans l’instant, dans la relation et quoi faire en ce moment. Si le moment de soin est transpersonnel, chacun sent une connexion avec l’autre au niveau de l’esprit; ainsi, le moment transcende le temps et l’espace, ouvrant de nouvelles possibilités de connexion, de guérison humaine à un niveau plus profond que celui de l’interaction physique.

Le moment pour prendre soin peut être trouvé à n’importe quelle occasion bienveillante.

 

  • Prendre soin de la conscience

La dynamique du soin transpersonnel (guérison) dans un moment de soin est manifeste dans le champ de la conscience. La dimension transpersonnelle d’un moment de soin est touchée  par la conscience de l’infirmière dans le moment de soin, qui se répercute sur le champ de l’ensemble. Dans ce contexte, il est reconnu que le processus est relationnel et connecté; il transcende le temps, l’espace et son aspect physique. Le processus est intersubjectif avec  des possibilités transcendantes qui vont au-delà de l’instant de soin donné.

 

Conclusion

Les idées développées initialement, ainsi que dans la phase actuelle d’évolution, nous donnent l’occasion d’évaluer, critiquer et savoir où, comment, voire même si, nous pouvons nous localiser dans un cadre du Caring Sciences / Caritas comme une base pour les idées émergentes en ce qui concerne nos propres théories et philosophies en tant que professionnel(le)s en soins infirmiers et / ou en pratiques attentionnées.

Le Caring humain dans ses formes originales est en constante évolution, il cherche à développer la compassion comme un fondement ontologique et épistémologique d’un cadre théorique et philosophique éthique de la profession, de la discipline des soins infirmiers, à clarifier ses relations évoluées et distinctes avec d’autres sciences de la santé.

 

 

SOURCE

  •  “Nursing theories and Nursing practice” (2010), Marilyn E.Parker, Marlaine C.Smith

 

A LIRE

  • Watsoncaringscience.org
  •  Le Caring. Philosophie et science des soins infirmiers, Jean Watson, traduction française sous la direction de Josiane Bonnet, Paris, Seli Arslan, 1998