Les racines historiques des soins primaires aux Etats-Unis proviennent de la Grande Bretagne. Il y a environ cent ans, tous les soins de santé étaient des soins primaires et comme les historien(ne)s nous le rappellent, ce sont les Etats-Unis qui ont développé les soins spécialisés. 

 

Les racines historiques des soins primaires aux Etats-Unis

Avant la Seconde Guerre mondiale, les soins de santé de la plupart des Américain(e)s étaient assurés par un médecin généraliste.

Tout au long des années 1930 /1940, les soins primaires s’étendirent jusqu’à englober les pédiatres, les internistes et les infirmières en santé publique.

Le terme de soins de santé primaire a commencé à émerger dans les années soixante à la suite d’une  triade de circonstances- l’assassinat du président Kennedy, la guerre contre la pauvreté menée par le président Johnson et le mouvement d’émancipation des femmes- qui va entraîner une réévaluation du statut des infirmièr(e)s.

Ainsi le rôle de la NP (nurse practitioner / infirmière praticienne) va commencer à être enraciné dans les soins de santé primaires.

Historiquement, les infirmièr(e)s praticien(ne)s étaient  employé(e)s dans des cabinets de médecins de groupe qui opéraient dans un système de soins par acte principalement. Les soins de santé primaires  mettaient l’accent sur les soins des enfants.

Actuellement, une variété de soins de santé primaires ont vu le jour mettant l’accent, sur les soins  des populations particulières souvent mal desservies: les familles, les adultes, les personnes âgées et les femmes.

Les infirmièr(e)s praticien(ne)s de soins primaires (the primary care nurse practitioner) ont été reconnu(e)s comme  des fournisseurs(ses) de soins primaires de haute qualité.

 

Les infirmières praticiennes en soins primaires: compétences de base

 

La compétence en pratique autonome

Le travail des infirmièr(e)s praticienn(e)s en soins primaires repose sur les prémisses suivantes: les individus doivent recevoir des soins pour un large éventail de problèmes de santé tout au long des différentes étapes de leur vie.

Les relations évoluent au fil du temps permettant la compréhension de la vie du / de la patient(e) ainsi que le sens de la question de la maladie ou de la santé. Il est essentiel pour les infirmièr(e)s praticien(ne)s spécialisé(e)s en première ligne de connaître la vie de leurs patient(e)s, y compris des membres de leurs familles, leurs emplois et leurs carrières, leurs difficultés à élever leurs enfants, mais aussi à prendre soin de leurs parents âgés.

Comme pour les infirmièr(e)s clinicien(ne)s spécialisé(e)s, les infirmièr(e)s praticien(ne)s de soins de première ligne apportent une approche holistique aux soins, une approche qui affecte directement la vie des individus, des familles et des communautés.

Les infirmie(e)rs praticien(ne)s de première ligne doivent être prêt(es) à fonctionner comme des praticien(ne)s indépendant(e)s agréé(e)s et doivent démontrer le plus haut niveau de responsabilité dans leur pratique professionnelle.

Ils / elles doivent gérer des patient(e)s diagnostiqué(e)s ou non diagnostiqué(e)s auparavant et  doivent fournir une gamme complète de services de santé incluant: la promotion de la santé, la prévention des maladies, la protection de la santé, l’orientation anticipée, les conseils, la gestion des maladies,  les soins palliatifs et les soins de fin de vie.

Ils /elles doivent être capables d’utiliser des compétences d’évaluation de la santé avancées pour distinguer les variations normales, les résultats normaux et anormaux, utiliser des stratégies de dépistage et de diagnostics et être capables d’émettre un diagnostic. De plus, elles / ils peuvent  prescrire des médicaments dans le cadre de leur pratique et gèrent la santé,  la maladie des patient(e)s et des familles, au fil du temps.

Ils / elles ont besoin de créer un climat de soins centré sur le / la patient(e) qui inclut la confidentialité, l’intimité, le confort, le soutien affectif, la confiance mutuelle et le respect. Ils / elles doivent prendre compte de la diversité culturelle en intégrant les préférences culturelles et spirituelles, les valeurs et les croyances des patient(e)s dans leurs soins.

La compétence en  pratique autonome est très similaire à celle de la pratique clinique directe de l’APN. Elle implique que chaque NP (nurse practioner) soit responsable des soins qu’elle délivre, notamment de la qualité de ces  soins.

 

Les compétences basées sur des connaissances scientifiques

Les  infirmièr(e)s praticien(n)es de première ligne doivent avoir la capacité d’analyser des données et des preuves scientifiques pour améliorer la pratique infirmière avancée.

Elles / ils doivent être en mesure d’intégrer les savoirs issus des sciences humaines  dans le cadre des sciences en soins infirmiers. En particulier les connaissances scientifiques, dérivées des sciences naturelles et sociales, qui pourraient inclure la biologie humaine, la physiologie et la psychologie.

Historiquement, les soins infirmiers professionnels ont du mal à combler l’écart entre la théorie et la pratique en raison d’un manque de connaissances.

La compréhension et l’applicabilité de la théorie pour guider la pratique des soins infirmiers sont primordiales pour une infirmière praticienne de première ligne

En fin de compte, les infirmières de soins de santé primaires doivent  développer de nouvelles approches de la pratique reposant sur l’intégration de la recherche, de la théorie et de la connaissance pratique.

 

La compétence du leadership

Les infirmièr(e)s de soins de santé primaires particulièrement ceux /celles qui sont titulaires d’un doctorat sont censé(e)s assumer des rôles de leadership complexes et avancés afin d’initier et de guider le changement.

Cette compétence est similaire à celle de l’APN clinicienne. Leur leadership doit permettre, la collaboration avec de  multiples intervenant(e)s.

La collaboration et le leadership sont étroitement liés à l’effort pour améliorer les soins de santé en  les rendant accessibles à toutes les populations.

Ces infirmièr(e)s doivent être en mesure de mettre en oeuvre des innovations qui permettent de faire avancer la pratique et de développer la pensée critique et réflexive.

 

Les compétences en qualité

Les infirmièr(e)s de soins primaires doivent utiliser les meilleures données probantes disponibles pour améliorer la qualité. Elles / ils  doivent être compétent(e)s pour évaluer comment les organigrammes, les processus de soins,  le financement,  le marketing et  les décisions politiques affectent la qualité des soins de santé.

Pour assurer la qualité, elles / ils  doivent appliquer les compétences, dans l’examen par les pairs, pour promouvoir une culture d’excellence et anticiper les variations dans la pratique. En outre,  ils / elles ont besoin d’être proactifs(ves) dans l’exécution des interventions d’amélioration  de la qualité.

Les infirmièr(e)s praticien(ne)s spécialisé(e)s en soins de santé de première ligne sont des penseur(e)s cliniques expert(e)s qui écoutent avec attention les histoires que leurs patient(e)s leur racontent.

 

Les compétences qui permettent de mener une enquête pratique

Les infirmièr(e)s de soins primaires mènent une réflexion clinique experte  en synthétisant les connaissances et l’expérience pour que, au fil du temps, ils / elles acquièrent la sagesse pratique, définie par Oberlé et Allen (2001), comme le savoir quand une action particulière doit être prise.

Elles / ils  doivent appliquer des compétences d’investigation clinique pour améliorer la santé et pour mener des enquêtes pratiques, individuellement ou en partenariat. 

Les  infirmièr(e)s de soins de première ligne  doivent être en mesure de diffuser les preuves de cette enquête à des publics divers à l’aide d’un certain nombre de modalités telles que la nouvelle technologie et l’information.

 

Les compétences en technologie et en information

Les infirmièr(e)s praticien(ne)s de soins  primaires doivent posséder des compétences en informatique et en maîtrise de l’information. Elles / ils doivent être capables d’utiliser des systèmes technologiques qui capturent des variables de données aux fins de l’évaluation des soins infirmiers.

 

Les compétences en politique

Les infirmièr(e)s de soins de santé primaires doivent comprendre l’interdépendance des politiques et des  pratiques. Ils/elles doivent pouvoir plaider pour des politiques éthiques qui favorisent l’accès, l’équité, la qualité et le prix abordable. En outre, ils / elles doivent analyser les facteurs éthiques, juridiques et sociaux qui influencent l’élaboration des politiques de santé afin d’améliorer le service offert aux patient(e)s.

 

La compétence en administration de la santé

La prestation des soins de santé aux Etats-Unis a souvent été caractérisée par sa fragmentation à l’échelle nationale: état, collectivité. Il n’y a aucune entité unifiée ou un ensemble de politiques qui guident le plus grand système de santé.

Pour suivre le rythme des exigences complexes, les infirmièr(e) de soins de santé primaires doivent être en mesure d’appliquer les connaissances de pratiques organisationnelles, des systèmes complexes, afin d’améliorer la prestation des soins de santé.

 

Les compétences en éthique

Les infirmièr(es) praticien(ne)s spécialisé(e)s identifient et règlent les conflits éthiques qui se produisent lorsque des objectifs cliniques entrent en conflit avec des objectifs institutionnels.

Ils / elles doivent être vigilant(e)s dans la protection des informations confidentielles des patient(e)s.

 

 

Notions à préciser

  • Les termes suivants: infirmières praticiennes de soins primaires, de soins de santé primaires et de première ligne sont  des synonymes.

 

SOURCE

  •  Advanced practice nursing: An integrative approach (2013), Ann B. Hamric, Charlène M. Hanson, Mary Fran Tracy, Eileen T.OGrady, 752 p.

 

A LIRE