Le modèle conceptuel pour les pratiques infirmières avancées constitue une partie de la structure des connaissances en soins infirmiers. Cette structure se compose de métaparadigmes, de modèles conceptuels et des théories des indicateurs empiriques.

Le  métaparadigme des soins infirmiers comprend les quatre concepts fondamentaux, qui sont : la santé, l’environnement, les soins infirmiers et la personne.

 

Qu’est-ce qu’un modèle conceptuel ? A quelle fin sert -il ? Quelles sont ses composantes ?

Un bon nombre de réponses à ces questions sont dans la littérature des sciences infirmières. Fawcett (2005) a identifié le modèle conceptuel comme  “un ensemble de concepts relativement abstraits et généraux qui portent sur les phénomènes et les centres d’intérêt d’une discipline”.

Les modèles peuvent aider les infirmières de pratiques avancées à articuler leur identité professionnelle, leur rôle,  leur fonction et leur compétence. Ils  servent de cadre pour l’organisation des croyances et des connaissances sur les rôles professionnels et sur les compétences en fournissant une base pour le développement ultérieur de la connaissance.

Dans la pratique clinique, les APN ( Advanced Practice Nurse/infirmières de pratiques avancées) utilisent les modèles conceptuels dans la prestation des soins holistiques et collaboratifs.

Ces modèles peuvent être également utilisés pour distinguer le niveau des pratiques de soins, par exemple,  entre les  infirmières et les infirmières de pratiques avancées, leur permettant ainsi de définir et de délimiter leur champ empirique .

Dans la recherche, les enquêteurs/enquêtrices utilisent les modèles conceptuels pour guider le développement de la recherche et de la théorie. Ils/elles  peuvent décider de mettre l’accent sur l’étude d’un concept ou d’examiner les relations entre certains concepts pour élucider les théories.

 

Conceptualisation de la pratique infirmière: problèmes et perspectives organisationnelles

La pratique clinique est considérée comme la compétence centrale de l’APN, on pourrait aussi se demander ce que veut dire le terme clinique, fait-il référence uniquement aux hôpitaux et aux cliniques.

Il y a un manque de clarté concernant la conceptualisation qui différencie  les multiples stades de cette pratique:

Y a-t-il une différence entre les APN et les RN (registred nurse) qui sont expertes uniquement par expérience ?

Comment la pratique d’APN certifiée dans une sous spécialité, telle que l’oncologie, diffère-t-elle de la pratique du clinicien(ne), qui est certifié(e) dans la surspécialité en oncologie ?

Quelle est la portée et l’objet des soins infirmiers de pratique avancée ?

Quelles sont les caractéristiques des pratiques avancées en soins infirmiers ? Dans quel contexte cette pratique se produit-elle ? Quelles compétences et connaissances sont nécessaires? Comment le champ des APN diffère-t-il de ceux des autres fournisseurs offrant des services semblables et connexes? Quels résultats les patient(e)s et les institutions vont-ils obtenir lorsque les APN dispensent des soins ? Quelles structures doivent employer les APN et quel(le)s patient(e)s en particulier peuvent-ils/elles bénéficier des soins ?

Qu’est-ce qui est commun dans l’ensemble des rôles de l’APN ? peut-on développer une conceptualisation globale des soins infirmiers de pratiques avancées ? Comment peut-on distinguer parmi le basic, l’expert et les niveaux avancés de la pratique infirmière ?

Pour  répondre à toutes ces questions, il est nécessaire de  présenter les principaux modèles conceptuels des pratiques avancées.

 

Le modèle intégratif d’Hamric

Hamric (1996) propose une définition conceptuelle des pratiques avancées en soins infirmiers et définit les critères primaires qui l’intègrent: les études supérieures, la certification des spécialités et la pratique clinique.

Il définit aussi un ensemble de compétences de base : les pratiques cliniques de base, la collaboration, l’orientation et le coaching, les soins fondés sur les preuves, la prise de décision éthique, la consultation et le  leadership.

 

Fenton et  Brykczynski: les domaines d’expertise

Fenton et Brykczynski ont étudié l’APN en se basant sur le modèle de Benner (1984). Benner a construit son modèle pour les infirmières expertes par expérience, elle n’a pas étudié les infirmières de pratiques avancées.

A partir des entrevues qu’elle a effectuées, elle a dressé un éventail de compétences qui a permis l’identification de sept domaines de pratique d’infirmière experte, qui sont: le rôle secourable, l’administration et  le suivi des interventions thérapeutiques et des schémas, une gestion efficace des situations en évolution rapide, la fonction de diagnostic et de surveillance, l’enseignement et  le coaching de fonction, la veille sur la qualité des soins de santé.

Les domaines sont une combinaison de rôles, de fonctions et de compétences.

Fenton (1985) et Brykcynski (1989) ont chacun appliqué indépendamment le modèle de Benner de pratique experte aux infirmières de pratique avancée. Ils ont vérifié que les infirmières de pratiques avancées sont expertes selon le modèle de Benner mais elles ont autre chose en plus, ils ont identifié des domaines de compétences additionnelles.

 

Le modèle de Calkin pour les pratiques infirmières avancées

Le modèle de Calkin (1984) est le premier qui  distingue explicitement la pratique des expert(e)s par expérience de la pratique infirmière avancée comme elle est pratiquée par les infirmières cliniciennes spécialisées et par les infirmières praticiennes. Calkin développe ce modèle pour aider les infirmièr(e)s administrateur(e)s à différencier les pratiques avancées en soins infirmiers des autres seuils de pratique clinique.

Dans le modèle de Calkin, il y a trois courbes qui sont superposées sur un graphique de distribution normale. Il dépeint les connaissances et les compétences des novices, des expert(e)s par expérience et des APN.

Les APN doivent:

  • identifier et développer les interventions  en fournissant des soins directs
  • transmettre des connaissances aux infirmièr(e)s dans certains milieux et aux étudiant(e)s
  • identifier et communiquer le besoin de recherche ou effectuer des recherches liées à la réponse à ces problèmes de santé humaine
  • anticiper les facteurs qui peuvent conduire à des réactions humaines peu familières
  • fournir des orientations anticipées aux administrateur(e)s de l’infirmière pour le changement dans le diagnostic et le traitement des réponses

 

Le cadre conceptuel de Brown pour les infirmières de pratiques avancées

Brown (1998) développe un cadre conceptuel pour l’ensemble du champ des soins infirmiers de pratique avancée, y compris les environnements qui entourent et ayant une incidence sur la pratique. Des études ont été synthétisées pour proposer un cadre conceptuel qui comprenait 4 principaux concepts et 17 concepts spécifiques (les concepts spécifiques sont entre parenthèses)

  • l’environnement ( la société, l’économie de la santé, les conditions locales, les soins infirmiers,  la communauté des pratiques avancées)
  • la légitimité du rôle ( la formation, la certification, l’homologation)
  • Les pratiques avancées en soins infirmiers ( la portée, les soins cliniques, la compétence, la gestion des environnements de soins de santé, l’implication professionnelle dans le discours de la santé,)
  • les résultats ( le patient, le système de santé, la profession infirmière, les résultats individuels de  l’APN).

Le concept central pour Brown est la pratique infirmière avancée.

 

 Conclusion

Les étudiant(e)s peuvent être déstabilisé(e)s par la multiplicité des modèles et la variété des concepts. Leur challenge est de trouver celui qui fonctionne pour eux/elles, qui leur permet de comprendre et d’évaluer leur pratique en attendant que la profession puisse créer un modèle cohérent, stable et robuste.

Tous ces modèles ont été développés aux Etats-Unis, il est donc nécessaire de les enrichir par d’autres modèles provenant d’ailleurs.

 

SOURCE

  • Advanced practice nursing: An integrative approach (2013), Ann B Hamric, Charlène M. Hanson, Mary Fran Tracy, Eileen T.OGrady,752 p.

 

A  LIRE