Comment intervenir auprès des personnes, atteintes de la maladie d’Alzheimer ou des troubles apparentés, présentant des altérations de la perception ? des troubles de l’orientation spatiale, temporelle et interpersonnelle ?

 

Intervenir face aux illusions, aux hallucinations et aux idées délirantes

– évaluer si le phénomène est dangereux pour la personne et pour son environnement;

– éviter les objets qui créent des ombrages, causent des reflets ou du bruit;

– apporter un meilleur éclairage, éteindre la télévision, lui faire changer de lieu;

– ne pas chercher à la raisonner ou à la ridiculiser;

– éviter d’entrer dans son monde hallucinatoire, lui expliquer que vous ne voyez pas ce qu’elle voit, mais que vous la croyez et vous la comprenez;

– la rassurer, la réconforter;

– créer une diversion en lui proposant un autre sujet de conversation ou une autre activité;

– s’approcher doucement d’une personne  que l’on croit en proie d’hallucinations;

– observer si les hallucinations ou les idées délirantes sont plus présentes à un moment donné dans la journée ou si le phénomène s’accentue en présence de certaines personnes.

 

Intervenir face à la désorientation temporelle et spatiale

– situer la personne dans le temps au cours de la conversation pendant les soins;

– lui parler de la saison, des activités qui lui sont propres, de celles qu’elle aimerait poursuivre;

– discuter avec elle du temps qu’il fait et lui demander de regarder le ciel, les nuages et de raconter ce qu’elle perçoit;

– discuter avec elle de l’actualité qui peut l’intéresser en utilisant les revues et les journaux comme support;

– utiliser un calendrier qui présente des gros chiffres pour les dates. Y inscrire les rendez-vous, les fêtes, les anniversaires;

– décorer les lieux en fonction des fêtes, Noël, Pâques,..;

– maintenir un éclairage plus intense le jour pour marquer la différence avec la nuit; 

– conserver une routine précise pour les activités de chaque jour et lui mentionner l’heure et le jour de cette activité

– évaluer la capacité d’orientation de la personne;

– procéder à l’entrainement à l’orientation selon les besoins particuliers de la personne en vue de lui laisser autant d’autonomie que possible.

– effectuer  de fréquentes promenades avec elle et profiter de ce moment pour la réorienter;

– si elle repère mal certains lieux, éviter de lui souligner son erreur; tenter de la réorienter autrement;

– placer des indices pour l’aider à s’orienter. Accrocher son nom et sa photo à la porte de sa chambre;

– lui procurer un bracelet ou un collier d’identification.

 

Intervenir face à la désorientation interpersonnelle

–  se nommer à chaque contact avec la personne et mentionner sa fonction;

– expliquer ce que vous venez faire;

– surveiller les manifestations de surprise et d’incompréhension;

– si elle ne sait pas qui vous êtes, le lui répéter souvent en ajoutant un détail qui l’aidera à se souvenir;

– vérifier l’état des prothèses auditives et des lunettes.

 

SOURCE

  •  Démarche de soins face au vieillissement perturbé: démences et maladie d’Alzheimer ” (1998), Margot Phaneuf

 

A  LIRE