Comment intervenir auprès de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou des troubles apparentés quand elle est anxieuse, agitée ou agressive ?

 

Les interventions face à l’anxiété

– Etre à l’écoute de la personne et l’encourager à s’exprimer selon ses capacités verbales

– L’aider à formuler ce qu’elle ressent

– L’aider à créer un lien entre les émotions et les pensées

– Diminuer le sentiment d’impuissance en laissant à la personne le soin de prendre des décisions

– Lui proposer des activités simples qu’elle peut maîtriser

– Utiliser des techniques efficaces de relaxation, d’audition musicale, de massage ou d’activité physique

 

Les interventions face à l’agitation

– Installer la personne dans un endroit calme pour discuter avec elle d’une manière personnalisée

– Avoir une attitude sécurisante et affectueuse  comme prendre les mains de la personne et les garder dans les siennes

– Lui proposer une activité qu’elle apprécie

– La rassurer en lui expliquant la situation

– L’éloigner de la source qui a déclenché l’agitation (un bruit, une personne,…)

– Faire boire beaucoup, lui proposer des tisanes calmantes

 

Les interventions face aux accusations et insultes 

– Expliquer à la personne que nous allons l’aider à retrouver ses affaires

– Eviter de lui dire que cette situation est liée à sa perte de la mémoire ou à ses erreurs de percéption

– Ne pas discuter avec elle pour éviter de l’agiter

– Ne pas lui refuser son affection

-Se dire que c’est la maladie qui cause des réactions

 

Les interventions face à la crise d’agressivité

– Ne pas discuter ou réagir en colère, ne pas faire des remarques humiliantes

– Lui dire calmement mais fermement de s’arrêter

– Eliminer le facteur déclencheur

– Faire une diversion

– Rassurer la personne , lui dire que nous l’aimons et que nous sommes là pour l’aider

– Utiliser l’humour pour calmer le jeu

 

Les interventions face à un comportement violent 

– Si la personne est violente s’approcher d’elle lentement et par l’avant afin qu’elle ne se sent pas agresser

– Se placer près de la porte afin de pouvoir sortir rapidement en cas de danger

– Demander de l’aide  au besoin

– N’utiliser les contentions que dans une situation extrême et les relâcher périodiquement pour la calmer

– Ne pas la punir

– Rassurer la personne et lui manifester notre compréhension de ses difficultés

 

 

MES CONSEILS

Pour ceux et celles qui ont des mémoires de recherche à effectuer, je les encourage à développer ces axes.

De nombreux (ses) soignant(e)s restent démuni(e)s face aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des troubles apparentés.

 

SOURCE

  •  Démarche de soins face au vieillissement perturbé: démences et maladie d’Alzheimer ” (1998), Margot Phaneuf

 

A LIRE