Les stratégies de soins sont des stratégies de stimulation, à visée thérapeutique, qui s’adressent aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou des troubles apparentés.

Leur planification s’effectue en fonction des capacités physiques, intellectuelles, affectives et relationnelles de la personne. La réussite de leur application est une stratégie en soi.

 

La stratégie décisionnelle

Les personnes alzheimeriennes ne parviennent plus à effectuer des choix ou à prendre des décisions, mêmes très simples. Elles ont peur de s’engager et  tendent à s’en remettre aux autres pour leurs choix et leurs décisions.

Pour les aider, il est possible d’appliquer une approche appelée “stratégie décisionnelle” qui est une activité planifiée, applicable à tous les moments de la vie quotidienne et qui place la personne en situation d’utiliser ses ressources personnelles.

 

La stratégie du journal personnel

“La personne qui souffre de la maladie dAlzheimer voit ses capacités supérieures décliner. Elle vit des difficultés sur le plan du langage parlé et du langage écrit. L’agnosie crée des trous dans son vocabulaire, estompe sa connaissance de l’orthographe et de la grammaire pour écrire.

Pour stimuler les fonctions supérieures et psychomotrices, la rédaction d’un journal quotidien constitue un excellent moyen. Cette stratégie de soins doit aider la personne à mieux comprendre ce qui se passe en elle, pour lui permettre de reconstituer le fil de sa vie et de se situer par rapport à sa continuité et son identité propre” (Phaneuf, 1998)

 

La stratégie des réminiscences

Les infirmières utilisent le rappel du passé dans le but d’aider les malades à organiser et à comprendre la signification de certains événements, de les mettre en perspective et de résoudre des conflits. Avec la personne alzheimerienne, le but est le même mais vise aussi des objectifs de stimulation des facultés cognitives et de renforcement des liens affectifs qui semblent s’atténuer.

 

La stratégie de l’autobiographie guidée

Cette stratégie se révèle être particulièrement stimulante pour l”évocation des souvenirs, l’intégration des expériences passées à la vie actuelle et permet souvent de donner un sens au vécu antérieur enfoui dans les détails matériels du quotidien. Même la personne qui commence à éprouver des difficultés cognitives peut appliquer cette stratégie qui lui sera bénéfique. Il suffit de lui laisser le temps de chercher ses souvenirs, de l’aider un peu et de ne pas avoir des attentes trop élevées.

 

Les stratégies d’information sensorielle et de préparation cognitive

L’information sensorielle et la préparation cognitive sont souvent utilisées en soins infirmiers pour aider une personne à faire face à un traitement ou à s’adapter à une situation difficile. Elles trouvent aussi leur place auprès des personnes qui souffrent de la maladie d’Alzheimer.

Ces stratégies permettent de communiquer une description claire et précise des sensations dont le malade fait l’expérience dans une situation donnée.

 

La stratégie d’audition musicale

La musique stimule chez la personne alzheimerienne  des émotions enfouies depuis longtemps et leur permet de remonter à la surface. Il n’est pas rare qu’une personne qui ne parle plus et ne donne plus de signes d’émotivité soit touchée et réagisse à une musique qu’elle aime ou à un air qui lui rappelle le passé.

 

Les stratégies de maintien de la mobilité

Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, le maintien de la forme devient difficile. L’immobilité dans un fauteuil ou dans un lit entraîne des raideurs articulaires,une baisse de tonus,… Il importe alors de motiver la personne à marcher et à faire des exercices physiques appropriés à ses capacités.

 

La stratégie de détente

Les stratégies de détente sont des techniques qui favorisent chez la personne alzheimerienne le relâchement musculaire et la détente psychologique. La relaxation qui en découle apporte des effets bénéfiques de soulagement des tensions, de l’anxiété , de l’insomnie et une diminution de la douleur.

 

La stratégie de remotivation

C’est une activité de groupe qui met l’accent sur les interactions sociales, la confiance et la communication associées à certains sujets d’intérêt. Elle vise à stimuler l’attention et la curiosité des personnes et à les aider à percevoir la réalité de façon plus claire et concrète.

 

La stratégie du toucher intentionnel

“Le toucher intentionnel n’est pas le toucher banal de la manipulation des objets, ni le toucher indifférent et automatique d’une exécutante pressée. C’est un toucher qui véhicule la douceur et qui démontre la volonté d’aider. Il doit être enveloppant et chaleureux. Il peut même constituer une façon non verbale de communiquer de l’empathie à la personne souffrante.” (phaneuf, 1998 )

 

Les stratégies du massage

Le massage procure des effets stimulants de la perception, de la confiance, de la précision de l’image corporelle et de la réduction de l’anxiété. Malheureusement ce type de  soins n’est pas courant auprès des personnes alzheimeriennes qui confuses et souvent rebutantes dans leur apparence ont tendance à être moins touchées.

 

la stratégie du récit

Les malades alzheimeriens sont particulièrement sensibles au récit métaphorique. Ces récits les touchent  profondément  dans leur inconscient , sans passer par la raison. Cette stratégie agit comme un baume qui calme les inquiétudes et éclaire certaines zones de la vie  devenues obscures.

 

Les stratégies audiovisuelles

L’ utilisation des techniques audiovisuelles au sein de diverses stratégies de soins sont en elles-mêmes un moyen de stimulation, de connaissance de soi et de travail sur l’identité de la personne. Ces techniques ne doivent pas être utilisées au hasard des activités de la journée, elles doivent se situer dans un cadre précis d’utilisation thérapeutique.

 

les stratégies de restructuration de l’identité

La personne qui souffre de la maladie d’Alzheimer présente souvent des problèmes d’identité. Elle ne sait plus qui elle est et oublie son nom ou ne se reconnait plus dans un miroir. L’utilisation du miroir ou d’un autre support peut alors constituer une activité bénéfique dans la mesure ou la personne ne manifeste pas de peur ou d’agressivité.

 

Mon expérience

J’ai pu tester ces stratégies d’une manière informelle, souvent sur mon temps personnel, et j’ai obtenu des résultats très intéressants. Mais je ne suis pas arrivée à les intégrer dans mon travail au quotidien car tous ces soins ne sont pas reconnus dans la fiche de poste, c’est considéré comme du non travail (“elle prend du temps à ne rien faire”!!!)

Si vous êtes canadien(n)es, suisse, belge, haïtien(n)e, tunisien(n)e, camerounais(e),….. partagez votre expérience avec les infirmier(e)s des autres pays francophones en laissant un commentaire en-dessous.

 

Source

  •  “ Démarche de soins face au vieillissement perturbé: démences et maladie d’Alzheimer ” (1998), Margot Phaneuf

 

 A lire