Le modèle d’adaptation Roy est  largement appliqué dans la pratique des soins infirmiers, de l’éducation et de la recherche. Développé par Soeur Callista Roy, il fait partie des grandes théories basées sur le paradigme intéractif/intégratif.

 

SOEUR CALLISTA ROY: PRÉSENTATION

C’est une théoricienne en sciences infirmières reconnue dans le monde entier. Née à Los Angeles en Californie en 1939, elle a grandi dans une famille catholique.

Sa mère, une infirmière de formation professionnelle, lui a inculqué des valeurs comme chercher à mieux connaître les personnes et à donner d’une manière désintéressée en tant qu’infirmière.

A 14 ans, elle a commencé à travailler dans un grand hôpital général comme une aide-cuisinière puis comme une femme de chambre et ensuite comme une aide-infirmière.

Après une période d’introspection, elle entra dans l’ordre des Sœurs de Saint-joseph de Carondelet, dont elle a été membre pendant un demi-siècle.

Son éducation au collège a commencé avec un baccalauréat en sciences infirmières, suivi d’une maîtrise en sciences infirmières pédiatriques et d’une maîtrise en sociologie. Elle poursuit un doctorat en sociologie et un postdoctorat en sciences infirmières option neuroscience.

 

LE MODÈLE D’ADAPTATION ROY: VUE D’ENSEMBLE

Le développement du” Roy Adaptation Model” (RAM)  s’est effectué sous le mentorat de Dorothy E. Johnson.

Roy élabore une description du modèle d’adaptation tout en étant étudiante en maîtrise en sciences infirmières à l’Université de Californie à Los Angeles.

La première publication sur le modèle est apparue en 1970.

1500 professeur(e)s et étudiant(e)s du collège de la Mount St-Mary vont l’aider à clarifier, à affiner et à développer cette approche du soin.

En 1987,  plus de 100 000 étudiant(e)s ont obtenu leur diplôme de programme basé sur le modèle d’adaptation Roy.

Le développement et l’expansion des principaux concepts du modèle montrent l’influence des théoricien(ne)s scientifiques et philosophes.

Pour adapter ce modèle aux valeurs du xx1ème siècle, Roy (1997) a élargi ses hypothèses philosophiques et scientifiques en  ajoutant des présupposés culturels.

Les hypothèses scientifiques reflètent au départ:

  • les systèmes de von Bertalanffy’s (1968);
  • la théorie générale des systèmes et la théorie de l’adaptation-niveau de Heleson (1964);
  • les croyances au sujet de l’unité et la signification de l’univers  (young,1986).

Les hypothèses philosophiques reflètent humanisme et “veritivity”. Ce terme est inventé par Roy à partir du mot latin veritas. Veritivity est le principe de la nature humaine qui affirme un caractère commun intentionnel de l’existence humaine.

 

LE MODÈLE CONCEPTUEL 

Les hypothèses du modèle Roy sont évidentes dans la description précise des principaux concepts du modèle.

Ces concepts  incluent: les personnes comme des systèmes adaptatifs (individus et groupes), l’environnement, la santé et l’objectif des soins  infirmiers.

 

Les personnes comme des systèmes adaptatifs

Roy décrit la personne individuellement et en groupe, comme un système adaptatif  holistique. Comme avec n’importe quel type de système, les individus ou les groupes utilisent des processus internes qui permettent de préserver leur intégrité.

Ces processus ont été classés en sous-système régulateur et cognator pour la personne; stabilisateur et innovateur pour le groupe.

Le sous-système régulateur utilise des processus physiologiques comme les réactions chimiques, neurologiques et endocriniennes pour faire face à l’évolution du climat (stimuli focaux, contextuels et résiduels).

Le sous-système  cognator comprend les processus cognitifs et émotionnels qui interagissent avec l’environnement   (traitement perceptif de l’information, de l’apprentissage, du jugement et de l’émotion).

Le sous-système stabilisateur comprend les structures, les valeurs et les activités quotidiennes pour accomplir l’objectif principal du groupe. Les groupes utilisent des processus pour répondre à l’environnement avec innovation et pour assurer le changement  par le biais du sous-système de l’innovateur.

Les processus d’adaptation cognator-régulateur et stabilisateur-innovateur se manifestent de quatre façons particulières appelées les modes adaptatifs.

Les quatre modes adaptatifs sont: l’identité physiologique-physique, le concept du soi-groupe, la fonction selon le rôle et le  mode de l’interdépendance.

Le mode physiologique comprend neuf composantes dont les cinq besoins fondamentaux :

  1. l’oxygénation,
  2. la nutrition,
  3. l’élimination,
  4. l’activité et repos,
  5. la protection.

Et quatre processus complexes impliqués dans l’adaptation  physiologique :

  1. les sens,
  2. le liquide électrolyte,
  3. l’équilibre acido-basique,
  4. la fonction neurologique et la fonction endocrinienne.

Le besoin sous-jacent pour le mode physiologique est l’intégrité physiologique.

Le mode du concept de soi est défini comme la composante des croyances et des sentiments qu’une personne détient à un moment donné.

Il est constitué à partir de perceptions internes, du soi physique (y compris la sensation du corps et de l’image) et du moi personnel (y compris  le soi auto-cohérence, le soi-idéal, le soi-moral, le soi-éthique et le soi spirituel).

Le mode du rôle est défini comme un ensemble d’attentes sur la façon dont une personne occupe un poste, le besoin basique qui sous-tend la fonction du rôle est l’intégrité sociale.

Le mode de l’interdépendance met l’accent sur les interactions liées au donner et recevoir de l’amour, le respect et les valeurs.

Ces quatre modes adaptatifs sont interdépendants.

 

L’environnement

Ce modèle définit l’environnement comme étant les conditions, les circonstances et les influences environnantes qui affectent le développement des individus et des groupes ainsi que leur comportement.
Roy définit trois niveaux d’adaptation: intégré, compensatoire et compromis.
L’adaptation intégrée se produit lorsque les structures et les fonctions constituent des modes adaptatifs travaillant ensemble pour répondre aux besoins de l’homme.
Le niveau d’adaptation compensatoire se produit lorsque le cognator et le régulateur ou le stabilisateur et l’innovateur sont activés par un défi d’adaptation compromise qui se produit lorsque des processus intégrés et compensatoires sont insuffisants, créant un problème d’adaptation.
La santé
la santé est le reflet des interactions personnelles et environnementales qui sont adaptatives.
L’objectif des soins infirmiers
Roy a décrit l’objectif des soins infirmiers comme étant la promotion de l’adaptation des individus et des groupes, à travers les quatre modes adaptatifs, contribuant ainsi à la santé, à la qualité de vie et à la mort dans la dignité.
 

LE PROCESSUS DES SOINS INFIRMIERS

Selon le modèle d’adaptation Roy, le processus des soins infirmiers est composé de 6 étapes qui sont les suivantes :

Évaluation du comportement

Cette première étape comporte la collecte de données sur le comportement de la personne en tant que système adaptatif au sein de chacun des modes d’adaptation.

Évaluation des stimuli

Cette deuxième étape comporte l’identification de stimuli internes et externes qui influencent les comportements adaptatifs de la personne.

Les stimuli sont classés comme suit:

  1. focaux, les stimuli qui sont immédiatement face à la personne;
  2. contextuels, tous les autres stimuli présents qui affectent la situation;
  3. résiduels, ces stimuli dont l’effet sur la situation ne sont pas claires.

Diagnostic infirmier

Cette troisième étape  implique la formulation d’énoncés et l’interprétation de données sur l’état de l’adaptation de la personne, y compris le comportement et les stimuli les plus pertinents.

Définition des objectifs

Cette quatrième étape de la démarche consiste à la création de déclarations claires des résultats comportementaux pour les soins infirmiers.

Intervention

Cette cinquième étape  indique la meilleure façon d’aider la personne à atteindre les objectifs fixés.

Évaluation

Cette  sixième et dernière étape du processus consiste à juger l’efficacité de l’intervention  en corrélation avec l’objectif fixé.

 

SOURCE

  •  “Nursing Theories&Nursing Practice”(2010), Marilyn E. Parker, Marlaine C. Smith

 

A  LIRE