La théorie du confort ” Comfort Theory” est une théorie en soins infirmiers de moyenne portée “middle range theory”, développée dans les années 1990 par Katharine Kolcaba.

 

Présentation de Katharine Kolcaba

Katharine Kolcaba est née et a étudié à Cleveland,Ohio. Elle a obtenu en 1965 le diplôme d’infirmière. Elle a exercé au bloc opératoire, en service de chirurgie, en long séjour et en maison de retraite.

En 1987, elle reprend ses études et obtient un master spécialisé en gérontologie. A cette époque, elle était chef de service d’une unité pour personnes âgées atteintes de démence. C’est dans ce contexte là, qu’elle commence à élaborer sa théorie du Confort.

Après le master, elle poursuit un doctorat à temps partiel et exerce comme enseignante à temps plein. Il lui a fallu  dix ans pour développer sa théorie.

En 2003, elle publie son livre ” Comfort Theory and Practice”.

Elle occupe actuellement le poste de professeure agrégée émérite et exerce aussi comme consultante. Elle a obtenu  de multiples prix d’excellence.

 

La théorie du Confort: une vue d’ensemble

Kolcaba a effectué une analyse de la notion de confort en examinant la littérature de plusieurs disciplines:  les soins infirmiers, la médecine, la psychologie, la psychiatrie et l’ergonomie.

Cette analyse va lui permettre de  décrire le  confort sous 3 formes:  le secours, la facilité  et la transcendance.

  • Le secours: si les besoins de confort spécifiques d’un(e)  patient(e) sont respectés, par exemple, le  soulagement  de la douleur postopératoire par l’administration de l’analgésie prescrite, l’individu vit l’expérience du  confort  dans le sens de soulagement.
  • Si le/la patient(e) est dans un état confortable de contentement, la personne éprouve le confort dans la  facilité.

  • Enfin,la transcendance est décrite comme l’état de confort dans lequel les patient(e)s sont capables de s’élever au-dessus de leurs défis.

Ces  trois différents types de confort ont été développés à partir de trois théories en soins infirmiers:

  •  le secours a été synthétisé à partir de l’oeuvre de Ida Orlando
  •  la facilité a été synthétisée à partir de l’oeuvre de Virginia Henderson
  •  la transcendance est dérivée des travaux de Paterson et Zderad

 

Elle décrit aussi quatre contextes dans lesquels le Confort du patient  se produit:  physique, psycho-spirituel, environnemental et socioculturel.

  • physique: les sensations corporelles et les mécanismes homéostatiques
  • psycho-spirituel:  la prise de conscience de soi (estime de soi, sexualité,..)
  • socioculturel: relations interpersonnelles, familiales et sociétales (finance, enseignement, santé,..)
  • environnemental: le contexte externe de l’expérience humaine (température, lumière, bruit, odeur,…)

 

Lorsque ces quatre contextes d’expérience sont juxtaposés avec les trois types de Confort, une structure taxinomique (TS) est créée qui couvre la signification des soins infirmiers de confort comme un résultat pour les patient(e)s.

Cette structure taxinomique, avec les définitions de chaque type et le contexte du Confort, fournit une carte de la teneur du Confort afin que les infirmières l’utilisent pour adapter leur soin pour chaque patient(e) et sa famille.

 

La structure taxinomique du confort

SECOURS

FACILITE

TRANSCENDENCE

PHYSIQUE

 DOULEUR

PSYCHO-SPIRITUEL

 ANXIÉTÉ

ENVIRONNEMENTAL

SOCIOCULTUREL

 

Autres utilisations du (TS) du confort sont pour:

  • déterminer l’existence et l’étendue des besoins de confort non satisfaits chez le/la patient(e) ou les membres de la famille
  • concevoir des interventions réconfortantes groupées dans une interaction unique au/ à la  patient(e)
  • développer des mesures de Confort holistique; ces mesures seraient effectuées avant et après les interventions de Confort ou des interactions.

Il est essentiel de noter dans les dossiers médicaux la nature et la durée de l’intervention de soins infirmiers à côté de la ligne de base et les mesures subséquentes de confort.

 

 

Le cadre conceptuel de la théorie du confort

Voici les définitions des principaux concepts de la théorie:

Les besoins de soins de santé “Comfort interventions” sont ceux identifiés par le/la patient(e) et la famille dans un cadre de pratique particulier.

Les variables intermédiaires” Intervening Variables” sont les facteurs qui ne sont pas susceptibles de changer et sur lesquels les fournisseurs ont peu de contrôle (tels que le pronostic, la situation financière, l’ampleur du soutien social, etc.)

Le Confort  ” Comfort “est un résultat souhaitable immédiatement des soins infirmiers, selon la théorie du confort. En outre, lorsque des interventions de confort sont assurées régulièrement, elles sont corrélées avec une tendance à l’augmentation du seuil de confort.

Les comportements de recherche en santé “Health-Seeking Behaviors (HSBS): Ce concept a été introduit par Scholtfeldt (1975).

Les comportements de recherche en santé peuvent être internes ( la guérison, la fonction immunitaire, le nombre de cellules T, etc) ou externes (les activités liées à la santé, les résultats fonctionnels, etc), ou une mort paisible.

Les relations entre le Confort et les comportements de recherche  en santé sont inhérentes à la deuxième partie de la théorie de confort de Kolcaba.

L’intégrité institutionnelle ” Institutional Integrity” (INI) est définie par Kolcaba (2007) comme les valeurs, la stabilité financière et l’intégrité des organismes de soins de santé au niveau local, régional et national.

En plus des systèmes hospitaliers, la définition des «institutions» comprend des organismes de santé publique, les programmes Medicare et Medicaid, des organismes de soins, des maisons de repos, etc

Exemples de variables liées à cette définition élargie de l’intégrité institutionnelle comprennent: la satisfaction des patient(e)s (scores HCHAPS) , la réduction des coûts, l’amélioration de l’accès aux soins, la baisse du taux de morbidité, la diminution des hospitalisations et des réadmissions, l’amélioration des résultats liés à la santé, l’efficacité des services ainsi qu’un rapport coûts-avantages positifs.

Les relations entre le Confort, le comportement de recherche en santé et l’intégrité institutionnelle constituent la troisième partie de la théorie.

De meilleures politiques “Best Policies” sont des protocoles et des procédures mis au point par une institution pour son usage général après la collecte de preuves.

De meilleures pratiques “Best Practice” sont les protocoles et les procédures élaborés par une institution pour les appliquer auprès de patient(e)s et de leur famille après la collecte de preuves.

 

Description de la théorie du confort

Cette description est établie à partir de quatre concepts : les soins infirmiers, la santé, l’environnement et la personne.

Soins infirmiers

  •  Les soins infirmiers  sont décrits comme le processus d’évaluation des besoins en matière de Confort du patient suite à une intervention .
  • L’évaluation peut être soit objective (observation de la cicatrisation des plaies) ou subjective (voir si le/la patient(e) est à l’aise).

Santé

  • La santé est considérée comme un fonctionnement optimal pour le/la patient (e), le groupe, la famille ou la communauté

Personne / patient

  • Les patient(e)s peuvent être considéré(e)s comme des individus, des familles, des institutions ou des communautés qui ont besoin de soins de santé.

Environnement

  • Tout aspect environnemental du patient, de  la famille ou de l’institution.

 

L’application de la théorie du confort en pratique

Dans la pratique, il y a trois types d’interventions réconfortantes qui sont la technique, le coaching et le réconfort :

  • la technique:  les interventions techniques sont celles qui sont spécifiées par d’autres disciplines ou par les protocoles de soins. Ils comprennent les médicaments, les traitements,…
  • le coaching: consiste en des actions de soutien de soins infirmiers, un travail d’équipe, écouter, rassurer,…
  • le réconfort: est une intervention holistique (massage des mains, musique ou art thérapie,…) pour le/la patient(e) et les membres de sa famille.

Ces deux derniers types d’intervention exigent beaucoup plus de compétences de la part des infirmières. Elles représentent  ce dont le/la patient(e) se souvient le plus et sont les attributs de l’infirmière experte ( Benner,1984).

Dans de nombreuses institutions ainsi qu’ une majorité d’ infirmières réduisent leur action à la technique, c’est contradictoire avec la charte et à la demande du patient/de la patiente.

Il arrive même que les administrateurs/administratrices n’intègrent pas le coaching et le réconfort dans les documents du patient /de la patiente.

Les infirmières et les patient(e)s veulent vivre des moments significatifs pour eux et pour les familles. C’est le genre de moments de wow! Mais ces moments doivent être planifiés et construits par les infirmières et non seulement pratiqués d’une manière intuitive par une seule infirmière.

C’est ainsi  que les moments extrêmes de confort deviennent applicables et reproductibles. La puissance cumulée de ces moments renforce non seulement les bénéficiaires, mais aussi les infirmières.

Améliorer le Confort est une valeur ajoutée, une mesure de qualité.

 

MES CONSEILS

  • Pour comprendre comment appliquer cette théorie dans la pratique, je vous invite à consulter le site de Kolcoba TheComfortLine.com, elle a mis en libre accès deux vidéos explicatives.
  • Vous trouverez aussi sur son site les multiples fiches d’évaluation du confort et le diagramme du cadre conceptuel
  • Je vous conseille de lire cet autre article du blog  Le modèle d’adaptation Roy 

 

SOURCE

      • “Nursing Theories&Nursing Practice”(2010), Marilyn E. Parker, Marlaine C. Smith
The comfort line.com

 

A LIRE

  • Comfort Theory and Practice” (2003), Katharine Kolocoba