Une théorie est une explication systématique et abstraite de certains aspects de la réalité.

“Dans une théorie, les concepts s’entremêlent et constituent un système permettant d’expliquer certains aspects du monde”.

 

Les différents types de théories

  • La théorie descriptive analyse un système de façon détaillée
  • La macrothéorie (théorie globale) vise à expliquer les fondements de l’expérience humaine telle que: la personne, les soins, la santé, l’environnement
  • Les théorie à moyenne portée (middle-range theories) exposent une partie de l’expérience humaine. Elles mettent l’accent sur un aspect de la réalité ou de l’expérience humaine d’après un certain nombre de concepts, leurs propositions sont vérifiables empiriquement (exemple : la théorie du confort de Katharine Kolocoba).

Dans une étude, les chercheuses et les chercheurs peuvent prendre comme  point de départ une  théorie ou un modèle conceptuel.

 

Les principaux modèles conceptuels

Le modèle conceptuel est un ensemble de concepts ou abstractions liés et agencés  de façon rationnelle selon leur pertinence par rapport à un thème commun. La  structure est néanmoins plus souple que celle d’une théorie.

Les infirmières théoriciennes ont élaboré un certain nombre de modèles conceptuels, liés aux Sciences Infirmières, s’appuyant fondamentalement sur quatre concepts: la personne, les soins infirmiers, la santé et l’environnement (Fawcett,1995).

Ces modèles sont les suivants:

  • Le modèle de soins infirmiers McGill (Moyra Allen 1977,1981) met l’accent sur les rapports qui s’établissent entre l’infirmière et la personne qui reçoit des soins ainsi que sa famille. .
  • Le modèle de développement de la santé et des soins infirmiers (MDSSI) intègre celui de McGill. Dans ce modèle, le travail de la famille en matière de santé s’appuie sur son potentiel dans ce domaine, à savoir sur les points forts, les motivations et les ressources de l’unité familiale et de ses membres.
  • La théorie de la diversité et de l’universalité des soins culturels (Madeleine Leininger,1991) met l’accent sur les soins prodigués comme un phénomène universel qui diffère selon les cultures.
  • Le modèle des systèmes de soins de santé (Betty Newman,2001) considère chaque personne comme un système complet. L’objectif des soins infirmiers est de contribuer à maintenir la stabilité du système de la personne.
  • Le modèle des autosoins (Dorothea Orem,2003) correspond à ce que les gens font pour rester en santé et pour préserver leur bien-être. L’objectif des soins est de les aider à répondre à leurs besoins en matière d’autosoins.
  • La théorie de l’être en devenir (Rosemarry Rizzo Parse,1999) considère la santé, et la signification qu’elle prend, comme façonnée par l’ensemble des êtres humains et par leur environnement.
  • La théorie science des êtres humains unitaires (Martha Rogers,1986) perçoit l’individu comme un tout unifié en interaction constante avec l’environnement. Les soins infirmiers aident la personne à atteindre  un état maximal de bien-être.
  • Le modèle de l’adaptation (Soeur Callista Roy,1999) perçoit l’humain comme un système qui s’adapte et compose avec le changement. Les soins infirmiers contribuent à favoriser l’adaptation de la personne pendant les périodes de santé et de maladie.

Outre ces modèles qui décrivent et définissent la démarche de soins, les infirmières chercheuses ont élaboré des modèles et des théories qui mettent l’accent sur les phénomènes qui les intéressent comme:

  • Le modèle interactionnel (Loiselle,2001) délimite les prédicteurs les plus fiables des résultats en matière de santé.
  • La théorie de l’incertitude liée à la maladie (Mishel,1988) s’articule autour du concept d’incertitude en lien avec l’incapacité de la personne à déterminer la signification des événements qui sont en jonction avec la maladie.

 

Les théories partagées

De nombreuses  théories  qui intéressent les chercheuses en Sciences Infirmières ne sont pas propres à leur discipline et proviennent des disciplines connexes ( psychologie, sociologie, ethnologie,..). Ces théories sont considérés comme des  théories empruntées:

  • La théorie du stress et de l’adaptation (Lazarus et Folkman,1984) présente des méthodes qui permettent de s’adapter au stress.
  • La théorie du comportement planifié (Azjen,1988) est issue d’une autre théorie “l’action raisonnée”, elle fournit un cadre permettant de comprendre les relations entre les attitudes, les intentions et les comportements d’une personne.
  • La théorie sociocognitive ( Bandura,1997) propose une explication du comportement humain qui fait appel à des concepts d’efficacité personnelle, d’attentes en matière de résultats et de facteurs de motivation.
  • Le modèle des croyances relatives à la santé (Becker,1976) est un cadre qui permet d’expliquer des comportements liés à la santé, notamment le recours aux soins de santé et l’observance d’un traitement médical.

Quand une théorie empruntée est mise à l’essai, si elle s’avère être applicable sur le plan empirique, elle devient alors une théorie partagée.

Certaines chercheu(rs)ses préconisent l’utilisation des théories ou des modèles conceptuels propres aux Sciences Infirmières comme celles de Roy, Rogers,Orem ou McGill comme un point de départ à des travaux de recherche.

 

Qu’est-ce qu’un cadre ?

Le cadre est la base conceptuelle d’une étude. Toutes les études ne se reposent pas sur une théorie ou sur un modèle, mais elles ont presque toutes un cadre.

“Dans une étude fondée sur une théorie, le cadre est appelé théorique. Dans une étude reposant sur un modèle conceptuel défini, le cadre est qualifié de conceptuel”.

Toutefois, les expressions cadre conceptuel, modèle conceptuel et cadre théorique sont souvent utilisés de façon interchangeable.

 

MON AVIS, MES CONSEILS

  •  Ne vous limitez pas à une seule définition, essayez  plutôt de la comparer à d’autres définitions en analysant ses contradictions et ses limites.
  • Soyez critique !   La question que vous devez vous poser est la suivante: la théorie et le modèle conceptuel sont-ils interchangeables pour les autres auteur(e)s ?
  • Les auteures de ce livre sont canadiennes françaises, les mêmes termes ne sont pas nécessairement utilisées en France. Il faut vérifier si certains termes revêtent le même sens ou pas, sinon vous risquez de vous noyer dans une confusion totale !
  • Le but de cet article est  de vous  permettre, si vous avez un mémoire à rédiger (master, D.U. ou licence en Sciences Infirmières), de se poser les bonnes questions: Sur quel cadre théorique ou modèle conceptuel vais-je m’appuyer ? Pourquoi ? Comment ? Quelles sont les limites de cette théorie  ou de ce modèle ?

 

SOURCE

  • Méthodes de recherche en Sciences Infirmières, approches quantitatives et qualitatives, Loiselle Carmen G., Profetto-McGrath Joanne, Polit Denise F.,Beck Cheryl Tatano (2007)

 

A LIRE